Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 00:57


Définition


La mémoire est déterminante dans les processus d’apprentissage. La mémoire est conditionnée par des données biologiques et psychologiques.
On distingue 3 types de mémoire : mémoire à court terme, mémoire de travail, mémoire à long terme.
Un trouble de la mémoire peut concerner les fonctions suivantes : intégration des données, rétention des données, restitution des données (capacité à retrouver une information en mémoire, capacité à garder cette information en mémoire et à l’utiliser activement tout en travaillant sur un thème donné).



Signes d’alerte


A l’école
- Repérage d’un oubli quasi immédiat et fréquent de la consigne de travail
- Difficulté fréquente à se rappeler un élément d’une série
- Difficulté anormale à mettre en oeuvre un "rituel"


En liaison école et famille : méconnaissance d’une leçon apprise la veille.


Dans la famille :

fréquents oublis d’éléments de la vie quotidienne (ex : une liste simple de
courses à proximité ou bien l’enfant se rappelle que quelqu’un a appelé au téléphone mais est dans l’incapacité de se rappeler qui et pourquoi bien qu’il s’agisse d’une personne proche, d’un membre de la famille).
Deux tests utilisés lors de la visite médicale obligatoire des élèves de six ans (mémoire à court terme) :
- Difficulté à répéter une série aléatoire de deux à quatre chiffres (ex : (2,7) ; (5,9,1,8).
La norme est la répétition d’une série de trois chiffres en MS
La norme est la répétition d’une série de quatre chiffres en GS
La norme est la répétition d’une série de cinq chiffres en CP
La norme est la répétition d’une série de cinq à sept chiffres pour les adultes
- Difficulté à retrouver un modèle donné (lettre, symbole) dans une série constituée d’environ une vingtaine d’éléments.

Précautions méthodologiques :


Attention : le repérage d’une difficulté peut renvoyer à plusieurs troubles qui seront précisés par un professionnel (trouble de la mémoire, mais aussi trouble de l’attention, etc.), donc ne pas se risquer à "faire un diagnostic".
Attention encore : toujours cumuler plusieurs observations avant d’alerter et confronter les observations de classe avec celles de la famille.



Vers qui se tourner ?

- les parents
- Médecin de famille
- Service de Santé Scolaire qui relaiera vers les infirmières ou les médecins
scolaires
- R.A.S.E.D.
- Le neuropsychologue pour un bilan complet.



Ce qu’il faut faire en classe et à la maison


- S’assurer que l’enfant bénéficie d’une hygiène de vie correcte (alimentation, sommeil)
- Donner des aides méthodologiques : reformulation systématique de consigne à l’oral et écriture de la consigne au tableau
- Concrétiser le temps qui passe par des outils ou des repères partagés
- Utiliser des repères fixes, stables répétitifs, choisis avec l’enfant en fonction de ses intérêts, exemple utilisation d’une clochette pour marquer la fin du temps d’accueil en maternelle
- Créer des "référents" individuels ou collectifs : écrit, dessin ou pictogramme, etc.
- Recettes mnémotechniques : exemple se souvenir de "mais ou et donc or ni car ?"
- Réactivation des connaissances acquises lors de la séquence précédente
- Projet de restitution : l’enfant doit savoir pourquoi et pour quand il doit mémoriser



Ce qu’il ne faut pas faire en classe ou à la maison


- Porter un regard "négatif" et perdre son calme (ni énervement, ni culpabilisation)
- Nier l’échec
- Culpabiliser l’enfant en classe ou à la maison (le traiter de paresseux, lui dire que c’est de sa faute….)
- Le mettre face à son échec systématiquement
- Le forcer à faire ce qu’il ne peut pas faire.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : A dys pas du but
  • A dys pas du but
  • : comment garder humour et bonne humeur face à la dysphasie de son enfant !!!
  • Contact

Recherche

Liens